Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2013

La grille de la catégorie C à l’épreuve de l’austérité !

A ce stade de la discussion sur la grille de la catégorie C, il faut rappeler ce que la FSU a exprimé largement : la FSU revendique pour l’ensemble des agents de la Fonction publique une revalorisation indiciaire générale sous la forme d’un dégel de la valeur du point, de l’attribution uniforme de points sur l’ensemble de la grille indiciaire, pour toutes les catégories. Nous avons aussi immédiatement indiqué qu’il fallait reconstruire l’ensemble de la grille, dans un travail d’ensemble et cohérent.

Le gouvernement a choisi l’austérité. Pour autant, il affiche des ambitions. Nous y voyons une contradiction mais cela ne nous a pas empêché d’entrer en discussion sur la rénovation immédiate et transitoire de la grille de la catégorie C tant l’urgence sociale nous paraît être incandescente pour cette catégorie. Pour la FSU, compte-tenu de la réalité de son champ de syndicalisation et des caractéristiques de sa représentativité, cela ne pouvait n’être qu’un premier pas qui en appelait pas d’autres.

La première grille présentée n’entérinait guère davantage que l’augmentation passée du SMIC dans le contexte immédiatement postérieur à l’élection présidentielle de 2012. A force de soumission aux impératifs de la « compétitivité » et la logique d’austérité dans laquelle le gouvernement s’est désormais entièrement engagé, combinée des effets récessifs de la crise, ce « geste » n’était pas de nature à mettre la grille hors d’eau du SMIC et ne rattrapait même pas les pertes immédiates de pouvoir d’achat.

C’est bien de cela dont on discute : des moyens à mettre pour permettre aux agents de vivre dignement de leur travail. Rien de plus, rien de moins.

La seconde grille présentée était bien meilleure. Nous avons acté positivement le signal que cela pouvait envoyer pour la suite. Elle représentait une vraie avancée pour les agents, légitime et attendue depuis longtemps. Elle permettait d’amorcer une réparation de l’injustice subie depuis trop longtemps que représente la baisse relative du traitement en termes de pouvoir d’achat des fonctionnaires et agents non titulaires des trois versants de la Fonction publique. Après les années d’humiliation et de stigmatisation de la Fonction publique et de ses personnels, cela nous paraissait pour le moins un début de mise en conformité des actes avec les intentions politiques affichées.

Ceci dit, pour la catégorie C, pour rétablir la possibilité d’un vrai déroulement de carrière, la suppression des barrages que constituent le nombre de grades existants est une nécessité.

Le projet de reclassement présenté à la dernière réunion procède d’une démarche inverse que nous critiquons avec la plus grande vivacité. Non seulement les avancées indiciaires affichées par le second projet de grille pour la catégorie C sont effacés pour l’essentiel des agents par le reclassement proposé, mais en plus il sera vécu comme un déclassement qui, de surcroît ajoute des éléments de concurrence entre les agents, tous ne gagnant pas sensiblement la même revalorisation. C’est inacceptable ! Et cela rappelle la mise en œuvre des accords Jacob en 2006. Ce sera vécu de la même manière pas les agents. Un autre effet est qu’au vu du calendrier proposé, les agents ne bénéficieront pas de la grille, celle-ci étant appelée à être remplacée dans le cadre de la refonte d’ensemble. Autant dire que l’effet d’affichage est d’ores et déjà désastreux.

 

Il y a besoin d’une mesure immédiate aux effets sensibles !

Pour la FSU c’est un reclassement à partir du haut de la grille, à échelon égal, qu’il est nécessaire de proposer. Ne pas faire ce choix revient à décevoir. Ce sont des signes de rupture qui sont attendus.

Pour la FSU, l’accumulation des déceptions sont dangereuses. Décevoir encore, c’est affaiblir la Fonction publique et mettre à mal le rapport qu’entretiennent les agents avec leur travail. Cela tourne le dos en tout point aux attentes et aux engagements. Cela est tout point contraire aux nécessités de renforcer et de moderniser l’action publique.

 

 

Les commentaires sont fermés.